Panorama Coach Omnium 2020 – Quand ça va mal, ça va mal !

Panorama Coach Omnium 2020 – Quand ça va mal, ça va mal !

Ce matin, on a lu l’article de Coach Omnium écrit par Mark Watkins (merci Mark). Dès le titre on s’est tous dit que ça allait faire mal : « L’HÔTELLERIE FRANÇAISE, SANS SURPRISE… UN DÉSASTRE EN 2020 ». C’est véridique, mais finalement, ça valait le coup de lire tout ça jusqu’au bout. C’est qu’on est habitué et que l’on apprécie cette étude annuelle de CO. Une étude bien faite, propre, sérieuse, avec une méthodologie, c’est pour nous une étude de référence. Et c’est gratuit, offert, c’est pour cela qu’on adore le net, ce coté partage est très fort, encore merci Mark

C’est l’étude, le panorama annuel de Coach Omnuim sur l’hôtellerie française, chaque année : https://www.coachomnium.com/bonus/89-panorama-de-lhotellerie-en-France

Alors oui, c’est violent et dès le début on se dit que « ok la Covid c’est bon on a compris. », mais finalement ça va bien plus loin, avec un véritable tour d’horizon de ce qui se passe dans le monde de l’hôtellerie en ce moment.

> Le BONUS : Panorama hôtellerie en France

BONUS. C’était écrit en tout petit et on ne l’avait pas vraiment vu.

Le titre avait déjà tellement capté notre attention, qu’on n’avait pas vu que l’article ne porterait pas uniquement sur la crise sanitaire et l’effondrement des réservations en 2020.

Le panorama est bien là ! On a le droit à un véritable tour d’horizon sur ce qui se passe dans l’hôtellerie française. Je ne m’attendais pas à ce qu’il pousse le curseur aussi loin. Pour moi, c’est un article de référence sur le monde hôtelier d’aujourd’hui : la Covid, l’évolution du parc hôtelier et les difficultés dans le milieu rural, la concurrence d’Airbnb, le classement étoilé, la place des petits hôtels indépendants, les OTA, le décalage avec les sites internet des hôtels… Alors c’est parti, on vous résume tout ça.

> Rétrospective de 2020 : les chiffres qui piquent 😢

C’était clairement indiqué dans le titre … 2020 c’est pas jojo ! Rien qu’en jetant un petit coup d’œil, on a sûrement tous fait la même tête que la dame sur le visuel 😱 Vous les connaissez certainement ces chiffres, mais de les voir tous regroupés là, ça met une claque !
Ce n’est pas pour en rajouter une couche, mais on vous fait un petit récapitulatif des chiffres qui nous ont marqués :

Etude et visuels Coach Omnium 2020

Dès les premières lignes, on peut lire que le taux d’occupation a été de 37.5% pour l’ensemble des hôtels en France, du jamais vu en 10 ans.

Le coronavirus a entraîné une chute sans précédent des réservations. Non seulement les Français sont restés chez eux, mais l’absence des touristes étrangers a elle aussi fait très mal avec 72% de visiteurs étrangers en moins.

La Capitale et les zones urbaines sont les grandes perdantes/ les plus touchées. Entre l’absence de touristes et l’arrêt des voyages d’affaires (moins de 25 % des déplacements professionnels ont eu lieu), l’Île-de-France perd notamment 65.1% de ces nuitées entre 2019 et 2020.

On sait d’ailleurs que de nombreux hôtels parisiens n’ont pas prévu de rouvrir pour cet été faute de touristes et d’activités.

> Les paradoxes

Par la suite, l’article met en évidence quelques paradoxes.

Déjà 557 établissements ont fermé en un an, et la Covid n’est pas l’unique cause. Ce sont souvent les petits hôtels en milieu rural qui trinquent les premiers.

Pourtant, on pourrait se dire que la crise amène les clients vers des hôtels plus petits et éloignés des zones trop fréquentées. Alors que ce sont ces hôtels qui vont être les premiers en difficulté avec des seuils de rentabilité impossibles à maintenir, voire déjà trop bas pour survivre après la crise.

Les aides du gouvernement ont permis de maintenir ces petites structures en vie, mais pour combien de temps ? Elles qui étaient déjà fragilisées, risquent de ne pas finir 2021.

À côté de toutes ces fermetures, les projets d’ouverture ne sont pas à l’arrêt dans les grandes villes. « On compte plus d’une centaine de projets en cours dans la Capitale et sa périphérie ». De plus, de nombreux projets sont dans les starting-blocks pour accueillir les JO 2024 à Paris (on l’aurait presque oublié). 🏅

> Les problèmes intrinsèques à l’hôtellerie française

C’est parti pour les sujets qui fâchent !

L’article remet sur le tapis le fameux sujet des étoiles. On le sait tous qu’il y a un problème en France avec ça, nos voisins européens se moquent déjà assez de nous. Mais c’est vrai que lorsque l’on voit que 66 % des hôtels classés affichent de 3 à 5 étoiles, on comprend qu’il y a anguille sous roche. Chez My Hotel Reputation on le voit beaucoup dans les avis, les clients n’y comprennent plus rien et remettent souvent en doute le classement des établissements dans leur commentaire.

Depuis les nouveaux critères très simplifiés, 6 hôteliers sur 10 ont obtenu une étoile supplémentaire. Le problème c’est que ce changement n’a pas toujours été suivi par une réelle évolution des prestations proposées et qu’on se retrouve avec des hôtels qui ne sont pas du tout sur le même niveau de qualité.

À quoi bon se prendre la tête sur le classement, alors que plus personne ne prête vraiment attention aux étoiles. Un autre chiffre intéressant c’est que seulement 14 % des clients tiennent compte des étoiles au moment de rechercher un hôtel, contre 64 % en 2008 (études Coach Omnium).

En outre, la taille des hôtels français est souvent trop petite pour atteindre un seuil de rentabilité cohérent avec le marché. À l’inverse, plus un hôtel est grand et meilleure est sa profitabilité, car il amortit mieux ses charges fixes d’exploitation. Alors que 83 % des hôtels sont indépendants en France, on comprend que pour survivre, il faut être plus gros. Si l’hôtelier sait travailler correctement avec les OTAs sans trop leur en donner et surtout s’il sait commercialiser son hôtel, il devrait en principe réussir à se débrouiller sans entrer dans une chaîne. Mais, ce n’est possible qu’avec au moins 35 à 40 chambres.

« Accor et Louvre Hotels contrôlent près de 3/4 des hôtels affiliés à des chaînes hôtelières intégrées. »

Étude Coach Omnium

> Les OTA gagnent encore du terrain

Les plateformes de réservations en ligne continuent de prendre du terrain dans les démarches de réservation des clients.

Malgré les efforts mis en place, les plateformes de réservations des chaînes n’arrivent pas à rivaliser avec la puissance de celles des OTAs. Les clients boudent de plus en plus les plateformes des chaînes, car elles proposent un choix plus réduit et moins séduisant que les OTA.

De la même façon, les sites internet des hôtels « ne donnent pas toujours envie », « ne rassurent pas toujours », « ne sont pas forcément très vendeurs ou séduisants » et « certains hôtels obligent à téléphoner pour réserver » (citations de clients interrogés par Coach Omnium). Malgré les efforts des campagnes pour favoriser la réservation en direct, les hôtels n’auront jamais la capacité de frappe commerciale des OTA.

 66 % des voyageurs passent occasionnellement ou régulièrement par les OTAs pour réserver à l’hôtel. Ils étaient 13 % en 2009…  

Étude Coach Omnium

> Des pistes pour l’avenir ?

Que peut-on faire ?

Il va falloir prendre du recul sur toute cette crise, être attentif et s’adapter au changement. Les chaînes avec des modèles commerciaux forts risquent de s’adapter plus rapidement.

La clientèle étrangère reviendra-t-elle ? Les voyageurs d’affaires reprendront-ils la route ? Est-ce que la clientèle loisirs sera aussi nombreuse qu’à l’habitude ?

Pour le moment, nous n’avons pas les réponses, mais on peut déjà deviner que les clients vont sûrement se diriger vers de nouveaux modèles d’hébergements plus individualisés.

Il va donc falloir être à l’écoute de vos clients, innover, être proactif commercialement, mettre à jour vos sites internet et améliorer votre tunnel de réservation. Développer votre présence sur les réseaux sociaux… Même sans réponse, il y a déjà tellement de choses que vous pouvez commencer à mettre en place.

Conclusion

Voilà, il était temps de prendre du recul et d’avoir une vue d’ensemble de tout ce qui secoue le monde hôtelier depuis plusieurs années. Alors oui, la crise sanitaire fait et va faire beaucoup de mal, mais finalement elle ne va peut-être que faire accélérer toutes ces mutations déjà amorcées.

On ne peut que vous conseiller d’aller lire l’article complet sur le site de Coach Omnium : https://www.coachomnium.com/bonus/89-panorama-de-lhotellerie-en-France

Article rédigé par Adeline

Sur une musique de Pierre Perret – Ça va bien ça va mal ♫♪

Leave a Comment

We would be glad to get your feedback. Take a moment to comment and tell us what you think.



Recevez ma newsletter, gratuitement, une fois par mois

x